Les poches vides

LES POCHES VIDES

LPV« Les poches vides » de et avec Marie De Oliveira

Un conte sur la quête d’identité!:
Qu’est-ce qui identifie un individu ?
Est-ce ses nom et prénom, son pays ou sa région d’origine ?
Son appartenance à une communauté ou à une religion ?
Que se passerait-il si on se réveillait un matin en ayant tout oublié ?
Nous allons suivre le parcours d’une jeune fille qui à tout oublié sur
son existence, jusqu’à son nom et ainsi interroger notre rapport
à l’identité!:
L’identité serait- elle définie au départ ?

Mise en scène et interprétation : Marie De Oliveira

Création plastique : Julie Bellegarde

Création sonore : Guillaume Darce

Voix Off : Audrey Fayolle

Production : Cie de l’Ile Lauma / 07 82 1 55 44 1

Diffusion : Birdy Prog / 06 27 03 21 41 / https://www.birdy-prod.com/

LPV2

LPV7

LPV4

LPV6

LPV5

LPV3

MARIE DE OLIVEIRA

Thibaut Boidin

Marie De Oliveira est attirée très jeune par le métier de comédienne.
Elle part passer à Paris un bac A3 théâtre et entre au Conservatoire du 10e arrondissement, puis poursuit sa formation au Théâtre Studio, sous la direction de C. Benedetti.
À dix neuf ans, elle tient le rôle d’Agnès dans « L’École des femmes » de Molière.
Parallèlement à sa carrière de comédienne, elle suit des stages de cirque avec l’Académie Fratellini, de chant et de danse.
De nouvelles opportunités s’offrent alors à elle : elle joue, chante et danse dans « Peter Pan » de J. Barrie, mis en scène par G. Grimberg (Créé au Théâtre des Variétés à Paris, ce spectacle musical tourne en France, Dom Tom et au Moyen Orient, il est désormais installé à Bobino) ; elle est également la fiancée dans la Sculpture Opéra « Cupidon » de Gilbert Peyre à Paris, Cracovie et Lisbonne.
Elle tiendra les rôles de la gamine et de la mère dans « Roberto Zucco » de BM Koltes, Jeanne dans « Jean la chance » de Bertolt Brecht, Patricia dans « J’attendrai » de J.R Fernandez, Zerbinette, Cathos, Célimène, Cléanthis, dans les œuvres de Molière et de Marivaux, en tournée en France et en Italie, Antigone de J Anouilh…etc.
C’est aprés une expérience d’assistante à la mise en scène avec « Roues d’infortune » de Fernando Arrabal, et forte de ses expériences en tant que comédienne, qu’en 2006 elle tente l’aventure de la mise en scène avec « Les justes » d’A. Camus, puis « Emballage perdu » de V. Feyder et en 2016 « Le square » de Marguerite Duras, dont elle fait également l’adaptation.
Elle signe avec « Les poches vides » sa première pièce, comme une réponse à sa propre quête d’identité